• Chroniques autour de la normalité — chap. III

    Ma différence d'avec la norme c'est que je n'ai de cesse de m'interroger sur elle, quand la norme n'a pas ce type d'interrogation, elle est la norme. Et cela ne souffre aucune contradiction, si l'on est, il n'y a plus de question. S'interroger c'est déjà montrer une faille, laisser le doute s'insinuer, jusqu'à prendre toute la place. Alors il n'y a plus qu'une certitude en creux.

    La norme ne s'interroge pas, elle est, même inconsciente d'elle-même ; si elle était conscience elle s'interrogerait et ce serait là le signe de son appartenance à l'humanité, mais en l'absence de ce signe il faut bien conclure qu'elle n'est pas humanité. Des néants, pour nombreux et agglomérés qu'ils soient, n'en restent pas moins des néants.

    Je suis Celle qui est, dit la norme. Il faudrait être bien intrépide pour prétendre lui répliquer. Elle est l'alpha et l'oméga, la première et la dernière, le commencement et la fin ; immuable, granitique, inaccessible, pour qui n'en est pas…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :