• De la perception

    AccueilIl s'agit selon moi d'une des causes, voire de la cause, de cette chose appelée s*** : une différence de perception. On parle d'hypersensibilité ou d'hyperesthésie, on ferait bien de parler d'hyperperception, car l'hypersensibilité découle de cette hyperperception. Par hyperperception, j'entends le fait de percevoir les différents stimuli, et globalement toute interférence dans l'environnement, la pensée — finalement tout ce qui trouble l'absence à soi —, avec beaucoup plus d'acuité, de force que la moyenne.

    Quand l'on perçoit les choses avec beaucoup d'acuité, elles sont douloureuses. Si l'on perçoit beaucoup de choses avec beaucoup d'acuité, c'est d'autant plus douloureux. On peut, ponctuellement, soutenir une petite élévation émotionnelle, mais une élévation émotionnelle n'est pas soutenable dans la durée. Il faut donc se protéger de ces attaques émotionnelles.

    C'est ainsi que des carapaces, des armures, des forteresses d'indifférence s'érigent autour de certains, afin de leur assurer un confort légitime. Toutefois, c'est bien souvent non seulement extrêmement précaire, mais encore inefficace. Cependant on ne saurait blâmer le bougre qui, en état de légitime défense face à son hyperperception corrosive, sera éperdument à la recherche d'un minimum de confort vital, quelque extravagante forme que prît cette recherche. 

    De même qu'il existe une subjectivité sensorielle, qui fait que la perception par les sens varie d'un individu à l'autre pour un même stimulus, de même il existe, assurément, une subjectivité extrasensorielle, qui fait que toute perception est appréhendée différemment d'un sujet à un autre. On estime que x est myope, qu'il a un défaut de vision en se référant à des critères normatifs, fondés sur une majorité, probablement.

    C'est ainsi que l'on classe à peu près tout, en se référant à une majorité qui fait loi. C'est pourquoi on ne dira pas que le non-s*** a un défaut de perception par rapport au s***, qui perçoit davantage. Non, le non-s*** étant majoritaire, le défaut incombera à l'autre partie. Le s*** ne peut qu'être absence, manque, défaut, handicap, déficience. Il ne peut être que le moins, jamais on ne lui accordera la possibilité d'un plus.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :