• On pourrait croire qu'ils n'existent pas. Il n'en est rien, non seulement ils existent, mais encore ils prolifèrent en dehors de tout contrôle — qui, raisonnablement, devrait être institué.

    Le nuisible est effarouché par les mots, il en a peur et s'en offusque de façon tout à fait irrationnelle. Il perpétue les actes les plus immoraux, les plus abjects et répréhensibles, mais il s'offusque des mots

    Voilà le normal, c'est-à-dire le nuisible, qu'il convient de savoir identifier prestement en toute circonstance. C'est d'une grande utilité. On sait d'emblée à qui l'on a affaire et l'on peut se comporter en conséquence, en d'autres termes le singer dans sa vanité, son étroitesse, sa fausseté ; il n'échappe pas à ma vigilante sagacité que les mêmes qulificatifs reviennent souvent, mais comment faire autrement lors même que l'on parle des mêmes et que pour eux on ne peut être avare de mignardises ; les mêmes reviennent donc souvent. À l'esthétique je dois bien préférer l'authenticité des faits objectifs !

    Cet article s'éloigne de l'objet de ce bloc, mais c'est un manuel de savoir-vivre en société, et l'on nous répète assez qu'il faut en être et se montrer pareillement pratique et pragmatique.

    Puisque tout s'étrique
    L'âme et le cerveau,
    Ah ! vivons pratiques
    En ces temps nouveaux !

    J. de La Ville de Mirmont

    Une autre question se pose alors. Comment neutraliser, éliminer les nuisibles, convient-il d'user des méthodes qu'eux-mêmes emploient — sans plus d'états d'âme — avec leurs innocentes victimes : traque battue électrisation enfumage piégeage gazage etc. ?

     


    votre commentaire
  • Quand on rompt un long silence, il faut que ce que l'on va dire en vaille la peine, car ce sera d'autant plus remarqué que le silence aura été long. Je n'ai rien à dire, du fait de mon aphasie et du fait qu'il n'y a positivement rien à dire, mais je me lasse de voir toujours la même page et je ne voudrais pas augmenter encore la durée du silence, qui me le rendra encore plus ardu à rompre. Je le romps sans raison, comme d'autres rompent le pain.

    Il y a deux choses en ce monde, les événements et la façon dont on les appréhende. Ce qui fait la « vie » comme ce qui fait ce que l'on vit, ce ne sont pas les événements, c'est la façon dont on les appréhende. C'est ainsi qu'un voyage autour de sa chambre est bien souvent plus riche que n'importe quelle pérégrination, aussi lointaine fût-elle.

    La façon d'appréhender les événements ressortit à la psyché et relève assurément de l'« inné ».


    votre commentaire
  • Il faut être assez extérieur à soi-même pour se penser extérieur à soi-même. Si l'on n'est plus en soi-même, cela signifie-t-il qu'on n'est plus soi-même ? Non, on subit pareillement les maux qui échoient à soi-même. Mais, ou l'on est soi-même ou l'on n'est pas/plus soi-même ! Les deux semblent d'abord inconciliables, pourtant force est d'admettre que l'on peut s'extérioriser assez, que je le fais même tout naturellement, presque inconsciemment, en permanence et que l'on reste en soi-même puisque l'on en subit toutes les avaries… de son piètre état.

    C'est plus qu'inquiétant pour la suite, on peut donc être parfaitement extérieur à soi-même, la chair tout à fait pourrie et corrompue puis finalement les atomes éparpillés cà et là et pourtant toujours en soi-même et souffrant ! C'est ce qui serait au fond le plus juste car je ne vois pas en quoi aucun d'entre nous a mérité un meilleur sort. Nous sommes putrides dès le départ, par essence ; on ne peut perdre une essence, il est normal qu'elle reste quand tout le reste s'évanouit — et même si cette perspective n'est pas outre mesure réjouissante. Je dis que notre place à tous est de finir en enfer, et que même l'enfer d'ici est insuffisant pour héberger des âmes aussi blâmables.

    La question bien sûr est que si on est mauvais dès le départ il n'en va pas de notre faute, j'estime qu'il est trop facile de s'en tirer comme ça. Évidemment on choisit toujours la facilité, c'est pourtant le chemin de ronces qu'il faudrait privilégier chaque fois, et on n'en serait que bonifié — insuffisamment !

    C'est une bien amère découverte quand on s'avise dans les années dites d'insouciance, mais qui sont tout le contraire, que les autres, que l'on croyait meilleurs que soi-même, sont probablement encore pis. L'inconscience est considérée comme une qualité — indéniablement c'en est une, indispensable, pour se maintenir dans ce cloaque —, mais c'est une monstruosité au-delà de toute possible définition, véritablement ça dépasse tout ce que le langage humain est capable d'exprimer (tout le dépasse, du reste !), de sorte que je suis forcée d'interrompre cette phrase.

    C'est toujours merveilleux d'apprendre l'existence de mots que l'on ne soupçonnait pas et qui, en mettant un nécessaire terme à toute recherche de sens, nous obligent à suspendre notre questionnement terrestre. Ils devraient apporter soulagement et sérénité, en nous mettant devant le fait de notre incontournable ignorance, et pourtant… rien, nous n'en tirons aucun mieux-être, ni apaisement ni assoupissement, ils ne procurent qu'une ivresse passagère, tellement éphémère, qu'on voudrait prolonger, mais non l'on se retrouve devant les mêmes apories, avec la même impuissance et la même détresse. Il n'existe rien pour nous apaiser ici-bas, ce serait trop facile, et nous n'avons rien à gagner dans la voie de la facilité !

    En me mettant ainsi en scène, je m'objective, je me réduis au néant de ce que j'écris, c'était un risque (plus qu'un risque) à prendre, je m'y suis laissé tenter. Je n'avais rien à perdre au fond. Que me reste-t-il à perdre, je crains encore de perdre quelque chose ! mais je n'ai plus rien depuis bien longtemps. C'est insensé oui voilà le signe indéniable que je suis insensée !


    votre commentaire
  • Ce qui fonde la distinction entre cas normal et cas pathologique, c'est, peut-être, la conception de projets. C'est un mot étrange que « projet », je le trouve totalement insensé, je ne vois pas où il veut en venir ni où il va. 



    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires